Cet article lance une mini-série sur les idées reçues que peuvent avoir les entreprises qui ne disposent pas de site Internet. Saviez-vous qu’en France, 34% des PME ne disposent pas de site Internet (selon étude réalisée par Sortlitst en mai 2020 auprès de 500 PME) ? Le premier frein des entreprises est de se dire qu’un site Internet n’est pas nécessaire dans leur secteur.

Le monde est imprévisible

Dois-je vous rappeler les événements de cette année 2020, confinement, COVID-19 et tout le tralala ? Le confinement a prouvé aux entreprises qui ont développé uniquement les ventes physiques (boutiques, marchés, ventes privées etc) que le fait d’avoir délaissé le web les mettaient en danger. Au contraire, des entreprises qui avaient fait le choix d’investir un site Internet alors que leur secteur ne les y prédisposaient pas ont pu fait des ventes durant le confinement.

Ce fut le cas pour Le Domaine des 1000 plantes. Comme bon nombre d’entreprises, les premiers jours du confinement furent branle-bas de combat. Tout est stopé du jour au lendemain et nous étions face à cette grande question : que faisons-nous maintenant ? En nous appuyant sur son site Internet e-commerce, nous avons pu rapidement mettre en place des solutions respectueuses du protocole sanitaire et permettant aux clients de commander leurs produits et à une agricultrice de continuer de faire des ventes.

Que se passe-t-il là-bas ?

L’intérêt d’un web est de faire fi des zones d’activités. Bien entendu, vous pouvez vendre en ligne auprès de clients du même département, mais le web vous permet également de toucher une audience plus large en France et pourquoi pas dans le monde.

Un site permet de toucher plus de clients que le point de vente, marchés, magasins etc. Quelle que soit la distance, vous trouverez l’audience intéressée par votre produit ou service : c’est l’avantage de web, vous pouvez réaliser des ventes en dehors de votre périmètre d’activité habituel.

Et n’oubliez pas que si vous souhaitez rester dans votre zone géographique, que vous ne souhaitez pas nécessairement élargir votre audience et votre périmètre d’action, vos concurrents eux n’hésiteront pas à venir vous chatouiller les oreilles. A bon entendeur !

Oui mais j’ai toujours fait comme ça

Vous n’avez jamais eu de site et vous vous en sortez très bien. Jusqu’à aujourd’hui oui. Juste une question : projeter votre future communication en fonction de ce que vous avez toujours fait est-elle une méthode infaillible ? Ce qui était valable hier ne le sera peut-être pas demain.

Vous souvenez-vous de cette scène entre Cléopâtre et Amonbofis,  dans « Asterix et Obelix Mission Cléopâtre » ?

« Amonbofis, il faut changer l’eau des crocodiles, c’est une infection !

— Ah, je sens rien moi. Pourtant, j’ai installé l’évacuation des eaux usagées comme on le fait tout le temps.

— C’est bien ça le problème avec vous Amonbofis, vous faîtes toujours comme on fait tout le temps.

— Beh oui puisqu’on a tout le temps fait comme ça. »

Vous saisissez ? Alors laissez s’exprimer la Cléopâtre qui est en vous et secouez votre côté Amonbofis !

Dans le prochain article, nous aborderons l’idée reçue « Je n’ai pas besoin de site, j’ai Facebook ».

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *